voir cette page dans votre navigateur - see this page in your browser
Institut Français
d’archéologie orientale — Le Caire

Lettre d’information de l’Ifao

Avril 2015

Bonjour,

Chapelle de Sabi à Tabbet al-Guech
Chapelle de Sabi à Tabbet al-Guech

Sur le site de Tabbet el-Guech (Saqqara-Sud), la mission dirigée par Vassil Dobrev vient de dégager deux structures en brique crue donnant accès à plusieurs puits funéraires. Au fond de deux d’entre eux ont été découvertes deux chambres intactes ; leurs parois de calcaire peint sont splendidement conservées et montrent les scènes habituelles d’offrandes au défunt. Elles sont au nom de deux prêtres-lecteurs du règne de Pépy II. Le squelette des deux défunts est accompagné de vaisselle en céramique et en albâtre, et pour l’un, d’une tablette en albâtre aux sept huiles indispensables pour la renaissance.

Les autres missions archéologiques prévues cet hiver se sont déroulées comme prévu, à l’exception de Baouit qui n’a pu obtenir l’autorisation de la sécurité. Plusieurs de ces missions ont accueilli des stagiaires de la formation professionnalisante à l’archéologie, dont nous vous avons déjà parlé.

Toujours dans le domaine de la formation, Ruey-Lin Chang et trois jeunes papyrologues égyptiens, Mohamed El-Maghrabi (grec ; Université d’Alexandrie), Ahmed Nabil et Khaled Younes (arabe ; Université Sadate) ont organisé le 23 février, conjointement avec le Centre d’étude de calligraphie à la Bibliotheca Alexandrina, un séminaire intitulé « Papyri Across the Times : An Introduction to Papyrology ». Le XIe workshop de l’Ifao en méthodologie de la recherche, organisé par Hassan Selim, a eu lieu le 11 mars à l’Université de Sohag ; il portait sur l’écriture et l’édition de travaux scientifiques. Comme l’an passé, Julie Monchamp a animé à l’inspectorat de Fustat une formation en céramologie (15-26 mars) pour des inspecteurs des Antiquités et des étudiants en histoire de l’art des universités de Ayn Shams et du Caire.

Comme l’an passé, Sibylle Emerit, médiatrice scientifique, est partie à compter du 1er mars et pour une durée de six mois en mission sans frais auprès de l’École française de Rome pour travailler sur le programme « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne », dont l’Ifao est partenaire. Les 25 et 26 mars 2015, s’est tenue à l’École française de Rome une table ronde internationale soutenue par ce programme ; organisée par Christophe Vendries (chercheur résident EfR/Université Rennes-2), elle s’intitulait « Représenter la musique dans l’Antiquité. Le langage des images : formes, usages et fonctions ».

Les amis de l’Ifao
Nouveau barrage d’Assiout
Nouveau barrage d’Assiout

Stéphanie Lanfranchi, directrice de l’antenne au Caire de l’Agence française de développement (AFD, a donné le 16 février à l’Ifao une soirée en l’honneur des nombreuses personnalités du monde politique et des entreprises avec lesquelles elle entretient des contacts étroits. Dans le même registre, Mathieu Gousse, Nicolas Michel et Anita Quiles ont visité le 7 mars l’impressionnant chantier du nouveau barrage d’Assiout, à l’invitation de Robert Eymery, qui le dirige ; ils ont présenté l’institut à l’équipe du groupe Vinci, mécène de plusieurs opérations de l’Ifao.

L’équipe de Dassault Système 3D nous a confirmé et renouvelé sa confiance, en nous dotant d’une subvention qui nous a permis de nous équiper en matériel informatique performant, indispensable pour le développement de l’imagerie 3D. Des perspectives de coopérations plus ciblées sont en cours de discussion.

Nous adressons un chaleureux au revoir à Jean-Jacques Pérennès, o. p., qui quitte l’Institut dominicain d’études orientales après quinze années passées comme prieur du couvent, secrétaire général puis directeur de l’institut. Il a profondément marqué l’Ideo par sa personnalité d’homme de paix, et son engagement généreux en faveur de la qualité et de la cohérence scientifiques de l’institut.

Trois questions à : Anita Quiles

De la physique à l'égyptologie, quel beau parcours !

La physique, c'est la science de l'observation de la nature, cette volonté d'interroger la matière, ses interactions, son organisation, son évolution, c’est donc une science qui n'a pas de limites et est ouverte tout autant à des problématiques dites « appliquées » comme l'archéologie, qu'à la recherche plus fondamentale. C’est finalement assez naturellement que j’ai choisi d’aborder l’égyptologie par la physique, pour chercher à restituer des événements historiques, comprendre des usages anciens, par l’étude de la matière. Pour cela j’ai tout d’abord soutenu une thèse de physique à l’université Paris-7 Diderot, que j’ai menée au Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14, CEA-Saclay) ; en parallèle, j’ai obtenu un master en égyptologie. Actuellement, je poursuis une thèse en égyptologie à l’université Paris 4-Sorbonne, sur la chronologie « absolue » de l’Égypte ancienne.

L'archéométrie joue un rôle croissant en égyptologie, peux-tu nous dire pourquoi ?

L'archéométrie touche à la mesure de l’objet au sens large, que l'on voit comme un matériau rapporté à un contexte et que l’on cherche à restituer à la fois dans des espaces et dans des temps. Elle rassemble les disciplines de l’archéobotanique, l’archéozoologie, l’archéométallurgie, la sédimentologie, l’étude des matériaux, la datation ou encore la conservation et restauration des matériaux organiques comme inorganiques. Les perspectives offertes par les techniques analytiques sont de plus en plus larges : elles se sont perfectionnées et ne nécessitent plus que de faibles prélèvements, voire sont devenues totalement non-destructives. Elles peuvent désormais être appliquées à l’égyptologie et permettent de répondre à des questions inédites sur les procédés de fabrication, la redécouverte de routes commerciales, de carrières d’origine, l’identification d’évolutions paléoclimatiques en lien avec des événements historiques, mais aussi la restitution de cadres temporels « absolus ».

Et l'Ifao dans ces nouveaux enjeux ?

L’Ifao est pionnier en archéométrie puisqu’il intègre dans ses locaux un laboratoire de restauration, d’étude des matériaux et de datations radiocarbone. Une telle structure au sein d'un institut égyptologique est unique et permet une approche intégrée de la discipline dans les études menées actuellement par l’Ifao. Surtout, le pôle d'archéométrie, dont je suis responsable depuis un an, offre la possibilité de mener des projets à l'interface des disciplines concernées, études matériaux et datation 14C, restauration et étude des matériaux, etc. Le laboratoire, qui est ouvert à toutes les missions au-delà de l’Ifao, a un grand avenir, il est en mesure de mener ses propres programmes de recherches et développera ses possibilités instrumentales dans les prochaines années.

Manifestations

Le cycle des conférences de l’Ifao

  • Le 18 mars 2015, Conférence par Mélanie Henry (CEDEJ/IFAO): Mémoire collective et militantisme alexandrin : la répression du Parti communiste des travailleurs, 1973-1975 [en savoir plus]
  • Le 1er avril 2015, Conférence par Marie-Lys Arnette (IFAO): Une ressemblance pour une différence. Perceptions de la gémellité en Égypte ancienne [en savoir plus]
  • Le 22 avril 2015, Conférence par France Jamen (laboratoire Histoire et Sources des Mondes Antiques HiSoMA, Université Lyon II): Le cercueil de Padikhonsou au musée des Beaux-Arts de Lyon. Étude d’un matériel funéraire inédit de la XXIe dynastie [en savoir plus]

Conférence à l’extérieur

  • Le 6 avril 2015, Conférence par Béatrix Midant-Reynes: From the Valley to the Deserts, from Prehistory to History, The IFAO Excavations [en savoir plus]

Appel à communications

  • « La fabrique du sonore : artisanat des instruments de musique de l’Antiquité / Sound Making : Handcraft of Musical Instruments in Antiquity » [en savoir plus]
Pôle éditorial

Saluons tout d’abord le départ à la retraite fin février, de Refaat Youssef, relieur, après 35 ans de loyaux services. Deux nouveaux ouvriers seront recrutés avant l’été afin de faire face à la vague de départs à la retraite à l’imprimerie en 2014-2015.

Les services culturels de l’ambassade de France au Caire ont pris l’initiative de rouvrir un stand français à la Foire du Livre du Caire, dont la 46e édition s’est tenue du 18 janvier au 12 février. Après cinq années d’absence, les librairies francophones, le Cedej, l’Ifao, l’AFD et le CEAlex présentaient donc un stand commun. L’Ifao a contribué à la mise en place du stand et y a exposé un choix de ses publications et de sa papeterie. Une présence active sur le stand a été assurée par roulement par les membres du service éditorial, du service de diffusion et les bibliothécaires. Les visiteurs étaient invités à profiter d’un rabais de 25 % sur l’ensemble du catalogue de l’Ifao, pendant la durée de la Foire.

Foire du Livre du Caire, stand de la France
Foire du Livre du Caire, stand de la France

L’Ifao a été représenté au Salon du livre de Jérusalem par Marie-Christine Michel, l’occasion de prendre contact avec de nouveaux diffuseurs et librairies et de rendre visite à nos institutions partenaires sur place (Centre de recherche français à Jérusalem ; École biblique de Jérusalem, Université Saint-Joseph). Mathieu Gousse s’est de son côté rendu au Salon du livre de Paris les 20 et 21 mars pour rencontrer les PUR puis Open edition, dans le cadre de la mise en ligne future du Bifao et des Annales islamologiques.

Marie Lécrivain, éditrice chez Armand Colin-Dunod, a formé les 9, 10 et 11 mars trois ouvriers de l’imprimerie aux techniques de création de papier marbré. L’imprimerie de l’Ifao sera ainsi capable d’utiliser pour ses propres reliures, et de proposer à ses clients extérieurs un choix de papiers marbrés composés sur place.


Récemment parus
1104
Jean-Philippe Lauer
Les pyramides de Sakkara / The pyramids of Sakkara
Edition bilingue

Bibliothèque générale 47; 240 p.

Vers 2700 av. J.-C., le pharaon Néteri-khet, premier roi de la IIIe dynastie, plus connu sous le nom de Djoser, installe son complexe funéraire au centre de la nécropole de Sakkara, sur un endroit déjà sacré et vénéré depuis plus de 400 ans au cours des règnes précédents. Le point culminant de ce complexe, la célèbre Pyramide à degrés, reste encore aujourd’hui le bâtiment le plus élevé de Sakkara, avec autour les pyramides de Sekhem-khet, Ouserkaf, Ounas et Téti. [en savoir plus]

A paraître
1108
Fayza Haikal
Mélanges offerts à Ola el-Aguizi


Bibliothèque d’étude 164; 512 p.

Ce volume de mélanges présente près d’une quarantaine d’articles offerts au Professeur Ola el-Aguizy par ses amis et collègues afin de lui témoigner leur considération pour sa contribution à l’Égyptologie, aussi bien dans le domaine scientifique que dans les relations internationales qu’elle a su créer entre l’université du Caire et de nombreuses autres institutions académiques à travers le monde. [en savoir plus]

1086
Mohammed Bakhouch
Poétique de l'éloge
Le panégyrique dans la poésie d'al-Ahtal

Textes arabes et études islamiques 52; 528 p.

Art séculaire et bien vivant aujourd’hui, le panégyrique [madīḥ] n’a pas suscité beaucoup d’intérêt parmi les chercheurs. Pourtant, l’analyse des madīḥ-s, datés et authentiques, du célèbre « chantre des Umayyades », al-Aḫṭal [m. 710] montre que loin d’être un simple portrait flatteur et surfait de l’homme de pouvoir ou du dignitaire, le panégyrique, en érigeant le dédicataire [mamdūḥ] en modèle, devient de facto le réceptacle des valeurs cardinales auxquelles adhère toute une société. La figure incarnée par le dédicataire est un idéal à atteindre et le discours poétique se charge de rappeler à ses récepteurs les valeurs qui en sont le fondement, contribuant ainsi à leur perpétuation. [en savoir plus]

Ifao Newsletter

April 2015

Bonjour,

The Sabi Chapel at Tabbet al-Guech
The Sabi Chapel at Tabbet al-Guech

The Tabbet el-Guesh (Saqqara South) mission directed by Vassil Dobrev has just cleared two raw brick structures that give access to several funerary shafts. Two intact chambers were discovered at the bottom of two of these and the painted limestone walls are marvellously well preserved, showing the usual scenes of offerings to the deceased. They are named for two lector priests of the reign of Pepi II. The skeletal remains of the two deceased are accompanied by ceramic and alabaster ware, and with one, an alabaster tablet of the seven indispensible oils for rebirth.

The other archaeological missions planned for this winter took place as planned, with the exception of Bawit, for which security clearance was not forthcoming. Several of these missions welcomed interns receiving the specialised archaeological training that we have written of previously.

Remaining within the field of training, Ruey-Lin Chang and three young Egyptian papyrologists, Mohamed El-Maghrabi (Greek; Alexandria University), Ahmed Nabil and Khaled Younes (Arabic; Sadat University) organised, in conjunction with the Bibliotheca Alexandrina Writing and Scripts Centre, a seminar on 23 February entitled “Papyri throughout the Ages: An Introduction to Papyrology”. The 11th IFAO workshop on research methodology organised by Hassan Selim was held on 11 March at Sohag University and focused on writing and publishing academic works. As per last year, Julie Monchamp led a ceramology training programme (15-26 March) at the Fustat Inspectorate for antiquities inspectors and history of art students from Ain Shams and Cairo Universities.

Sibylle Emerit, responsible for scientific communication, left, as she did last year, on 1 March for a six-month unpaid mission with the École française de Rome in order to work on the “Soundscapes and urban spaces in the ancient Mediterranean” programme of which IFAO is a partner institution. This programme held an international round table on 25 and 26 March at the EFR, organised by Christophe Vendries (resident researcher EFR/Université Rennes-2) and entitled “Représenter la musique dans l’Antiquité. Le langage des images: formes, usages et fonctions”.

Friends of the IFAO

The new Assiut Dam
The new Assiut Dam

Stéphanie Lanfranchi, director of the Cairo branch of the French Development Agency (AFD) hosted an evening on 16 February in honour of the numerous personalities of the business and political world with whom she enjoys close contacts. In the same vein, Mathieu Gousse, Nicolas Michel and Anita Quiles visited on 7 March the impressive site of the new Assiut dam, by invitation of the director Robert Eymery. They introduced the work of the Institute to the Vinci group team, which is the generous sponsor of several IFAO projects.

The Dassault Système 3D team has confirmed and renewed its confidence in us by granting funding that will allow us to acquire high performance IT equipment, necessary for the development of 3D imagery. The prospects for more targeted collaborations are being discussed.

We wish a fond farewell to Jean-Jacques Pérennès, O. P., who is leaving the Dominican Institute for Oriental Studies after 15 years as prior, secretary general and then director of the institute. He has had a great influence on the IDEO both as a man of peace and as a committed actor in the academic quality and coherence of the institute.

Three questions to : Anita Quiles

From physics to egyptology, quite a journey!

Physics is the science of observing nature, a desire to question matter, its interactions, its organisation, its evolution. It is therefore a science without limits and is just as open to what are called “applied” problems, such as archaeology, as to more fundamental research. In the end, it is quite natural that I chose to approach egyptology through physics, to try to reconstitute historic events and understand ancient usages through the study of matter. For this, I firstly presented a thesis in physics to the University Paris-7 Diderot, which I had conducted in the Carbon 14 Laboratory (LMC14, CEA-Saclay); at the same time, I obtained a Master’s in egyptology. At the moment, I am working towards a thesis in egyptology through the University of Paris 4-Sorbonne on the “absolute” chronology of ancient Egypt.

Archaeometry is playing an increasing role in egyptology, can you tell us why?

Archaeometry concerns the measurement of an object in the widest sense, where we see it as a material connected to a context and where we are attempting to resituate it both in space and time. It brings together the disciplines of archaeobotany, archaeozoology, archaeometallurgy, sedimentology, material studies, dating methods as well as the conservation and restoration of organic and inorganic matter. The potential of analytical techniques is greater and greater and such techniques are fast improving, requiring ever smaller sampling, to the point where they have become almost totally non-destructive. They can now be applied to egyptology and can answer previously unasked questions regarding the processes of manufacture, the rediscovery of trade routes, source quarries, the identification of paleoclimatic change in connection with historical events, but also the reconstitution of “absolute” time frames.

The IFAO and these new challenges?

The IFAO is a pioneer in archaeometry in that its premises contain a lab for restoration, material studies and radiocarbon dating. Such a unit within an egyptology institute is unique and it means an integrated approach to the discipline involving the studies presently conducted by the IFAO. The archaeometry department, which I have been running for a year, provides the possibility of undertaking projects at the interface of the concerned disciplines, material studies and C14 dating, restoration and material studies, etc. The lab, which is open to missions outside the IFAO, has a great future and is well placed to conduct its own research programmes and will develop its own possibilities in the coming years.

Events

IFAO conference programme

  • On March 18th 2015, Conférence by Mélanie Henry (CEDEJ/IFAO): Mémoire collective et militantisme alexandrin : la répression du Parti communiste des travailleurs, 1973-1975 [more]
  • On April 1st 2015, Conférence by Marie-Lys Arnette (IFAO): Une ressemblance pour une différence. Perceptions de la gémellité en Égypte ancienne [more]
  • On April 22nd 2015, Conférence by France Jamen (laboratoire Histoire et Sources des Mondes Antiques HiSoMA, Université Lyon II): Le cercueil de Padikhonsou au musée des Beaux-Arts de Lyon. Étude d’un matériel funéraire inédit de la XXIe dynastie [more]

In partnership with the IFAO

  • On April 6th 2015, Conférence by Béatrix Midant-Reynes: From the Valley to the Deserts, from Prehistory to History, The IFAO Excavations [more]

Call for papers

  • « La fabrique du sonore : artisanat des instruments de musique de l’Antiquité / Sound Making : Handcraft of Musical Instruments in Antiquity » [more]

Printing house

Firstly, we wish a very happy retirement to Refaat Youssef, bookbinder, who left the Institute in February after 35 years of faithful service. Two new employees will be recruited before summer to make up for a series of retirements from the printing house in 2014-1015.

The cultural service of the French Embassy in Cairo took the initiative to open a French stand at the Cairo Book Fair, which ran for the 46th time between 18 January and 12 February. After an absence of five years, French bookshops, the CEDEJ, IFAO, AFD and the CEAlex all shared a common outlet. The IFAO contributed to the erection of the stand and presented a selection of its publications and stationery (photo). An active presence was ensured by the involvement of members of the publications department, distribution service and librarians. Visitors could enjoy a 25% discount on all items of the IFAO catalogue for the duration of the Fair.

The French stand at the Cairo Book Fair
The French stand at the Cairo Book Fair

The IFAO was represented at the Jerusalem Book Fair by Marie-Christine Michel, who took the opportunity to establish links with new distributers and bookshops, and to visit our partner institutions in situ (Centre de recherche français à Jérusalem, École biblique de Jérusalem and Saint Joseph University). Mathieu Gousse visited the Paris Salon du Livre on 20 and 21 March to meet representatives of PUR and OpenEdition as part of the move to put the Bifao and Annales islamologiques on line.

On 9, 10 and 11 March, Marie Lécrivain, an editor with Armand Colin-Dunod, undertook the training of three printing house employees in the creation of marbled paper. The IFAO press will thus be able to use its own binding material and to propose a choice of in-house made marbled paper to external clients.

Recently published
1104
Jean-Philippe Lauer
Les pyramides de Sakkara / The pyramids of Sakkara
Edition bilingue

Bibliothèque générale 47; 240 p.

Around 2700 BC, Neteri-khet, the first pharaoh of the Third Dynasty of Egypt—better known today as Djoser—sited his funerary complex at the heart of the Sakkara necropolis. Kings before him had already made Sakkara a place of veneration over the four centuries preceding his reign, and later kings followed Djoser’s example. Surrounded by the later pyramids of Sekhem-khet, Userkaf, Unis, and Teti, Djoser’s famous Step Pyramid is still the tallest construction at Sakkara. [more]

To be published
1108
Fayza Haikal
Mélanges offerts à Ola el-Aguizi


Bibliothèque d’étude 164; 512 p.

This volume presents about forty articles offered to Professor Ola el-Aguizy by her friends and colleagues to express their respect for her contribution to Egyptology, whether in the scientific domain or in the international links she created between Cairo University and many other academic institutions across the world. [more]

1086
Mohammed Bakhouch
Poétique de l'éloge
Le panégyrique dans la poésie d'al-Ahtal

Textes arabes et études islamiques 52; 528 p.

As a centuries-old art still alive today, the panegyric [madīḥ] did not arouse much interest among scholars. Yet, the analysis of the madīḥ-s, dated and authentic, by the famous “bard of the Umayyads”, al-Akhtal [m. 710 A.D] shows that, far from being a mere flattering and superficial portrait of the man in power or the dignitary, the panegyric, by making the dedicatee [mamdūḥ] a model, becomes de facto the receptacle of the cardinal values on which a whole society agrees. The figure embodied by the dedicatee is an ideal to reach, and the poetic discourse is a reminder of its founding values, thus contributing to their perpetuation. [more]